Poursuivre la marche vers notre indépendance

OUI Québec

Le 30 octobre 1995, le Québec a arrêté sa marche au seuil de son indépendance. Il y a 25 ans, nous sommes passés tout près de devenir un pays souverain, pour s’affranchir de la couronne britannique et de ce Canada imposé, qui n’a jamais reconnu notre spécificité nationale, et notre volonté de rayonner comme nation francophone en terre d’Amérique.

Cette énième tentative de devenir pleinement maîtres chez nous et de nous définir politiquement comme nation participe d’une longue et fière lutte pour notre émancipation collective. Le référendum de 1995 constitue sans doute la forme la plus aboutie d’un grand projet de liberté qui traverse toute notre histoire. 

Il a été rendu possible grâce à l’exceptionnelle convergence de tous les indépendantistes, partis politiques et société civile réunis, dans le grand camp du OUI. 

Bien sûr, les nombreuses violations par le Canada et les fédéralistes des règles de consultation démocratique que nous nous étions données, couplée à une courte victoire du NON, nous a coupé le souffle et les ailes et a vicié le caractère décisif de l’exercice.

Le Québec en est sorti meurtri, divisé. Il a renoncé à exercer, dans l’immédiat, le rapport de force exceptionnel que lui conférait ce vote direct de 94 % de sa population face à son avenir politique.

Aujourd’hui, l’impasse perdure. Le débat semble poussiéreux, pourtant, rien n’est réglé sur le fond des choses, l’étincelle est bien vivante et couve toujours. Le Québec de 2020 n’est plus celui de 1995, mais la légitimité de ce désir pressant de voler de nos propres ailes et de faire entendre une voix originale dans le concert des nations reste intacte.

Aujourd’hui, plus que jamais, le projet de bâtir un pays de justice et de paix, qui place ses citoyennes et ses citoyens au cœur de cette démarche démocratique, nous semble nécessaire. Aujourd’hui, plus que jamais, il nous faut saisir ce momentum pour redéfinir nos rapports avec les Premiers Peuples, dans un dialogue de nations à nation. Aujourd’hui, plus que jamais, il nous faut refonder les bases économique du pays à naître autour d’un modèle de développement plus solidaire, plus respectueux des humains et de la nature. 

N’y a-t-il pas là tous les ingrédients d’un projet de société emballant, lumineux et émancipateur ? Pourquoi ne pas se doter d’une assemblée constituante qui poserait les bases de ce pays d’avenir ? 

Il n’en tient qu’à nous de nous lever et de nous engager dans une démarche novatrice et rassembleuse qui nous permettra, enfin, d’aller au bout de nos rêves et de dessiner ensemble ce Québec dont nous rêvons, un Québec moderne et indépendant.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email